Corse Net Infos - Pure player corse

"Alerte commerces" : Le SMS devient un dispositif dissuasif en Haute-Corse


Rédigé par le Mardi 18 Février 2014 à 19:01 | Modifié le Mardi 18 Février 2014 - 19:37


La chambre de commerce et d'industrie de Bastia et de la Haute-Corse a décidé, en partenariat avec la préfecture de Haute-Corse, la gendarmerie et la police nationales et les unions commerciales d'adhérer au dispositif "Alerte commerces". Une convention liant les diverses parties impliquées a été signée mardi matin à l'hôtel consulaire.


"Alerte commerces" : Le SMS devient un dispositif dissuasif  en Haute-Corse
"Dans le cadre d’un partenariat qui constitue au plan local une première, ce qui nous réunit aujourd’hui, relève, pour ce qui concerne la CCI, de l’attention que nous devons apporter à nos ressortissants du secteur du commerce, et en particulier en milieu urbain" a souligné Paul Trojani, président de la cambre commerce, en présentant dans ses grandes lignes  le dispositif "Alerte commerces" dont le principe largement inspiré du système « Alerte Enlèvement », veut que la diffusion rapide de l’information puisse éviter la répétition des faits.
"Alerte commerces" est en fait un appel à vigilance rapide par SMS pour la sécurité des commerces qui se rallient à la démarche.
"Pour ce qui concerne la CCI, fidèles à notre ligne de conduite, nous accompagnerons ce dispositif à partir d’une relation avec les Unions Commerciales, ce qui permettra à nos ressortissants d’y accéder gratuitement, sur la base du volontariat. Répondre à des inquiétudes, prévenir autant que possible des actes délictueux, voilà nos objectifs" a ajouté le président de la chambre de commerce avant que Alain Rousseau, préfet de la Haute-Corse, qui avait lancé le dispositif dans l'Hérault, ne le qualifie d'intéressant tant par son objet que par son principe.


"Mieux vaut prévenir que guérir"

"C'est aux services de police et de la gendarmerie d'assurer la sécurité de nos concitoyens mais il faut aussi travailler avec les citoyens et les commerçants qui peuvent, dans une relation partenariale et de confiance, construire un système qui va leur permettre de mieux se protéger" a soutenu de son côté le préfet en vantant les mérites du système lancé dans le Jura et qu'il avait lui même mis sur les rails à Sète.
Pour Alain Rousseau, même si la région n'est pas affectée par une recrudescence de faits délictueux auprès des commerçants, il s'agit d'un dispositif "qu'il faut faire connaître car, il vaut mieux prévenir que guérir…"
"Et qui aura un effet dissuasif" a surenchéri, Patrick Sanguinetti, président de la commission commerce avant que Christophe Graziani, directeur des Entreprises et Territoires, n'explique comment cela fonctionnait. (Voir-ci dessous).
Un système auquel la Police Nationale et la Gendarmerie adhèrent totalement ainsi que l'ont souligné Myriam Akhari, directrice départementale de la sureté urbaine et le colonel Didier Rhamani, commandant le groupement de gendarmerie de Haute-Corse.


Savoir plus

Le dispositif consiste en l'utilisation de SMS comme moyen de lutte contre la déllnquance.
Les commerçants, artisans et prestataires de services, sont prévenus via la réception d'un SMS sur leur téléphone portable, en cas de délits : le principe voulant qu'une diffusion rapide de l'alerte permette d'éviter la réitération des faits.
Tout professionnel victime d'un vol à main armée, de faux moyens de paiement, de vols à l'étalage ou d'escroqueries (à la fausse qualité notamment) alerte les services de la gendarmerie ou de police en composant le 17. Lorsque l'information est reçue ceux-ci la retransmettent par les moyens les plus rapides au centre opérationnel de la gendarmerie, seul habilité à diffuser l'alerte par un SMS collectif envoyé sur les téléphones des commerçants et artisans adhérents au dispositif.
Ce SMS sous le titre "Alerte commerces" décrit succintement les faits constatés , le lieu et les renseignements connus sur le ou les auteurs.
L'adhésion au dispositif est gratuite.
Le dispositif concerne les 18 unions commerciales ou fédération de Haute-Corse qui deviennent "référent local sécurité" de leur quartier. Seuls les adhérents, inscrits sur un fichier constitué par la chambre de Commerce, reçoivent les SMS d'alerte.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85256 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40788 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345