Corse Net Infos - Pure player corse

Aiacciu : Si n’hè andattu Marco Guillaume


Rédigé par Jose FANCHI le Mardi 4 Juillet 2017 à 08:08 | Modifié le Mardi 4 Juillet 2017 - 08:44


La nouvelle a fusé lundi matin dans toute la ville. Marco Guillaume, l’une de nos plus belles voix, vient de s’éteindre. Marco est décédé dimanche en fin de matinée alors qu’il regagnait son domicile sur les quais Napoléon.


Marco, debout au centre, chemise bleue
Marco, debout au centre, chemise bleue
Il venait, comme tous les jours, de passer quelques heures sous la tonnelle de la brasserie le Golf, chez Paul Bozzi. Certes, Marco était fatigué et avait subi ces derniers mois deux opérations délicates. Mais il tenait à la vie et s’était remis sur pied grâce à son moral, sa joie de vivre et de chanter. Il ne se passait pas un jour sans qu’il ne me glisse à l’oreille ces petits airs qui ont fait notre jeunesse, à l’époque du Pavillon Bleu, chez Paulo Quilici et du Son des Guitares chez son ami Antoine Bonelli, le guitariste aux doigts de fée.

« Core’ngrato (Catari), « le rêve passe », « i veli bianchi », les grands opéras du siècle, que de soirées avec Marco et tous ses amis aujourd’hui disparus tels Jean-Bati Scaglia, Lorenzo de Rosa, Pascal Marcelli, Lucien Bocognano, Michel Deida, Roger Arrighi et bien d’autres qui ont prolongé très tard les grandes nuits d’Ajaccio. Marco ne vivait que par et pour la chanson et ses amis, qui l’ont assisté ces derniers jours, l’ont accompagné jusqu’à l’Eglise Saint Erasme où il repose jusqu’à ce matin.

Marco aurait pu embrasser une grande carrière de ténor. Très jeune, il a même suivi l’école de chant de la Scala de Milan qu’il avait rejoint sur les conseils de ses amis. Une aubaine pour ses directeurs qui avaient vite décelé en lui de grosses potentialités. Mais Marco avait le mal  du pays, il se voyait mal passer de longues années loin de son port, de ses parents, de ses habitudes et surtout de ses amis. Alors il est revenu plein d’usages et raison vivre le reste de son temps parmi les siens.

Dimanche, il s’en est allé dans un autre monde afin d’y retrouver ses accompagnateurs de toujours, Paulo Quilici et Antoine Bonelli pour chanter de nouveau ce fameux répertoire des nuits de la guitare d’Ajaccio. Il nous manquera assurément.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 89669 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 46872 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Charles Monti | 05/03/2017 | 39324 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 418