Corse Net Infos - Pure player corse

Agression verbale contre Me Philippe Gatti : "Intolérable" pour le conseil de l'ordre du barreau d'Ajaccio


Rédigé par le Mercredi 4 Janvier 2017 à 17:05 | Modifié le Mercredi 4 Janvier 2017 - 21:50


"Le 3 janvier 2017, au sortir de l’audience du Tribunal correctionnel d’Ajaccio qui venait d’évoquer l’affaire dite de la boutique « Intersport » , Maître Philippe Gatti, Avocat du prévenu, a été pris à partie par un homme qui, en des termes agressifs, lui demandait des comptes sur le sens de sa plaidoirie. Après l’intervention de plusieurs personnes pour ramener le calme, alors qu’une quinzaine d’individus se regroupait autour des protagonistes, le Bâtonnier Gatti a pu regagner son cabinet sans avoir autre chose à déplorer que cette agression verbale" rappelle le Conseil de l'ordre du Barreau d'Ajaccio.


Agression verbale contre Me Philippe Gatti : "Intolérable" pour le conseil de l'ordre du barreau d'Ajaccio
"Il convient de garder en mémoire que l’Avocat, quand il revêt sa robe, bénéficie d’une totale liberté d’expression, appelée communément « immunité de robe », dont dispose l’article 41 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, et n’a de compte à rendre à personne des paroles prononcées dans le prétoire au soutien des intérêts de son client.

Cela est rappelé d’autant plus volontiers que le Bâtonnier du Barreau d’Ajaccio a assisté au procès dans son entier, et a pu constater, avec l’ensemble des Confrères et des Magistrats présents, que toutes les parties se sont strictement cantonnées à leur rôle sans se livrer à aucun excès de quelque nature que ce soit.

Il n’est pas tolérable, surtout pour notre Barreau qui a vécu cruellement les drames récents dont chacun se souvient, que le premier individu venu se croit autorisé à intimider ou à faire pression sur un Avocat à l’issue d’une audience.



La mission et l’honneur d’un Avocat, pénaliste de surcroît, est de défendre tous ceux qui sollicitent auprès de lui aide et assistance sans que des considérations liées à l’origine ethnique, aux opinions politiques ou religieuses du justiciable n’influent sur sa décision d’accepter ou décliner la défense d’une cause. 

Il est triste de constater qu’en ce début de XXIe siècle, on puisse continuer de penser que certains ne méritent pas d’être défendus et ignorer encore ce qui constitue le cœur battant de  notre profession : se dresser au soutien de celui qui est en détresse.

Bien souvent, pourtant, les premiers à stigmatiser une défense comme immorale ou indigne, au cas d’espèce la défense d’un homme d’origine maghrébine qui a porté des coups à un commerçant, sont aussi les plus prompts à tirer l’Avocat par la manche quand ils sont eux-mêmes, ou un de leurs proches, aux prises avec l’institution judiciaire pour répondre de faits plus inquiétants encore qu’une échauffourée dans un commerce pour des articles non réglés.

Il faut d’ailleurs noter qu’en ces occurrences les rassemblements populaires de soutien aux victimes se font discrets. 



A tous et surtout à ceux qui cultivent l’indignation sélective, qui utilisent les réseaux sociaux aux fins d’instrumentalisation de l’opinion et de la justice, nous rappelons que l’Avocat ne doit pas être perturbé dans le cadre de l’exercice de sa mission car il en va de la sécurité judiciaire de chacun et au-delà de la pérennité des valeurs démocratiques dans notre île."


Le soutien du bâtonnier de Bastia

"Le bâtonnier de Bastia tient à apporter son entier soutien au bâtonnier Philippe Gatti qui, à la suite de propos prononcés à l’audience dans les droits de son client, a été agressé verbalement par un inconnu au sortir du Palais de Justice.
Il s’associe pleinement à la motion rédigée par le Conseil de l’Ordre du Barreau d’Ajaccio.
Il entend rappeler que les droits de la défense s’accompagnent d’une expression libre et forte. La libre expression de l’avocat mérite une protection d’autant plus renforcée qu’elle est le corollaire de son indépendance.
La justice démocratique est à ce prix."

La LDH Corsica dénonce

"La LDH dénonce les agressions verbales et les intimidations qui ont visé Maître Philippe Gatti dans le cadre d'un procès qui s'est tenu à Ajaccio ce 3 janvier 2017.
S'en prendre à un avocat est un geste particulièrement antidémocratique. Dans cette affaire, Maître Philippe Gatti était l'avocat de la défense. La LDH rappelle que ce droit est au fondement d'un procès équitable. Porter atteinte au droit de la défense ouvre la porte à l'arbitraire. Aujourd'hui, elle dénonce celles et ceux qui pratiquent la vox populi. Ce sont toujours les mêmes qui s'empressent d'attiser les haines à la moindre occasion."
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie









Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 87886 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 44607 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Charles Monti | 05/03/2017 | 38892 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire